n°227 (avril-juin 2009) : L’humanitaire, XIXe-XXe siècle

Les articles de ce numéro sont consultables sur Cairn dans leur intégralité.

Sommaire

L’humanitaire, XIXe-XXe siècle
sous la direction d’Axelle Brodiez et Bruno Dumons

  • Axelle Brodiez et Bruno Dumons, Faire l’histoire de l’humanitaire

  • Rebecca Gill, « L’administration rationnelle de la compassion » : aux origines des secours de guerre britanniques

  • Ann Marie Wilson, Au nom de Dieu, de la civilisation et de l’humanité : les États-Unis et les massacres d’Arméniens dans les années 1890

  • Guillaume Lachenal et Bertrand Taithe, Une généalogie missionnaire et coloniale de l’humanitaire : le cas Aujoulat au Cameroun, 1935-1973

  • Sébastien Farré et Yan Shubert, L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photographies de Theresienstadt

  • Axelle Brodiez, Entre social et humanitaire : générations militantes à Emmaüs (1949-2009)

  • Johanna Siméant, Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises

 Notes de lecture (consultables en ligne sur ce site)

  • Humanitaire

    • Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, par Michel Agier (A. Brodiez)

    • Histoires de la souffrance sociale, XVIIe-XXe siècle, par Frédéric Chauvaud (A. Brodiez)

    • Monseigneur Rodhain et le Secours catholique, par Luc Dubrulle (A. Brodiez)

    • Les ONG confessionnelles, par Bruno Duriez et alii. (A. Brodiez)

    • Du coron au HLM. Patronat et logement social (1894-1953), par Hélène Frouard (J.-M. Stébé et H. Marchal)

    • Last Best Things. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, par Kieran Healy (S. Chauveau)

    • Temps d’assistance. Le gouvernement des pauvres en Suisse romande depuis la fin du XIXe siècle, par Jean-Pierre Tabin et alii (Y. Marec)

  • Libéraux et néolibéraux

    • Le Colloque Lippmann. Aux origines du néolibéralisme, par Serge Audier (P. Fridenson)

    • Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, par François Denord (D. Todd)

    • Naissance de la bonne conscience coloniale. Les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870), par Jennifer Pitts (D. Todd)

Informations et initiatives

Résumés

Livres reçus

Résumés

Rebecca Gill, « L’administration rationnelle de la compassion » : aux origines des secours de guerre britanniques

En revenant sur les origines de l’aide humanitaire au Royaume-Uni, cet article examine la constitution de secours comme nouveau champ de vocations caractérisé par un ethos de « compassion rationnelle ». Il analyse les fondements des rivalités d’intervention entre la Société nationale britannique d’aide aux malades et blessés de guerre et le Fonds de secours aux victimes de guerre constitué par les Quakers durant la guerre franco-prussienne, et les différents sens et investissements moraux à l’œuvre dans une administration des secours de plus en plus systématisée. L’auteur utilise ainsi les archives des organisations et les témoignages de première main de ces travailleurs sociaux pour montrer le développement de nouveaux rôles et pratiques de secours jusqu’à présent peu étudiés des historiens.

Investigating the origins of aid work in Britain, this article examines the formation of humanitarian relief as a new field of vocational endeavour distinguished by an ethos of “rational compassion”. It analyses the competing grounds for intervention produced by the rival British National Society for Aid to the Sick and Wounded in War and the Quaker Friends’ War Victims’ Relief Fund in the Franco-Prussian War, and the alternative meanings and moral investments made in the increasingly systematised administration of relief. In doing so, it utilises organisational papers and the first-hand testimony of relief workers to document the development of novel relief practices and roles that have received little historical attention.

Ann Marie Wilson, Au nom de Dieu, de la civilisation et de l’humanité : les États-Unis et les massacres d’Arméniens dans les années 1890

Cet article examine les réponses américaines aux massacres d’Arméniens des années 1894-1896, soulignant la diversité et souvent la concurrence des mobilisations à l’origine du succès de cette cause humanitaire. Appuyé sur des lettres et des déclarations publiques de missionnaires américains, d’immigrants arméniens et de réformateurs libéraux, il montre comment ces trois groupes ont forgé l’opinion publique américaine envers une crise politique lointaine, et met en lumière les motivations religieuses et politiques qui ont inspiré – mais ont aussi menacé d’ébranler – un vaste effort international de secours dans l’Empire ottoman. Il s’attache enfin à analyser, côté Congrès, la façon dont les efforts pour sauver les « Arméniens souffrants » ont conféré une légitimité à d’autres interventions diplomatiques de la même époque.

This article examines the American response to the Armenian massacres of 1894-1896, emphasizing the diverse and often competing impulses that went into the making of a humanitarian cause célèbre. Drawing on the letters and public statements of American missionaries, Armenian immigrants, and liberal reformers, it shows how these three groups shaped American public opinion about a distant political crisis, and highlights the religious and nationalist agendas that inspired – but also threatened to undermine – a wide-ranging international relief effort in the Ottoman Empire. The article also looks to Congress in order to discover how efforts to rescue “suffering Armenians” lent legitimacy to other American diplomatic interventions of the same period.

Guillaume Lachenal et Bertrand Taithe, Une généalogie missionnaire et coloniale de l’humanitaire : le cas Aujoulat au Cameroun, 1935-1973

L’histoire de l’humanitaire est souvent perçue comme une histoire de ruptures et d’élans créateurs – de révoltes et d’enthousiasmes. Dans cette perspective souvent hagiographique les continuités institutionnelles, les évolutions plus lentes et, pour des profils individuels, les carrières longues ont souvent été négligées. Cet article se propose d’esquisser le rôle important des liens humains entre des institutions non étatiques (missions) et étatiques (État colonial, puis Coopération) et entre la religion et la médecine. En présentant les premières conclusions d’un travail commun sur Louis-Paul Aujoulat et sa trajectoire emblématique de la transition post-coloniale, les auteurs livrent des axes de recherche et des questions importantes sur les mutations d’un humanitaire missionnaire à l’ère d’une technocratie émergente du développement.

The history of humanitarianism is often perceived as a series of breaks motivated by innovation, enthusiasm, and rebellion against previous practices. In this often hagiographic perspective, the slower evolutionary history of humanitarianism and the often long careers of relief professionals have been neglected. Through a case study of the missionary-medical expert Dr Louis-Paul Aujoulat, this article seeks to portray how such individual careers have shaped both governmental and non-governmental organisations in the transition years of the decolonisation era.

Sébastien Farré et Yan Shubert, L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photographies de Theresienstadt

Les 36 photographies prises par le délégué Maurice Rossel lors de sa visite au ghetto de Theresienstadt le 23 juin 1944 offrent un témoignage précieux pour appréhender l’attitude du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) à l’égard du génocide des populations juives européennes durant la Seconde Guerre mondiale. Emblématiques de l’échec du CICR, ces documents interrogent sur les enjeux et problèmes posés par les visites de ghettos et de camps de concentration par les délégués de cette institution. Loin des images iconiques des photographies de la libération des camps, elles mettent en lumière la volonté des services SS de manipuler les informations diffusées par le CICR concernant l’internement. Intermédiaire entre les institutions caritatives juives, les gouvernements alliés et les autorités allemandes, l’action du CICR se limite à une

politique extrêmement prudente centrée sur des avancées progressives et réduites sur le terrain. La visite du Dr Rossel constitue alors un laboratoire pour comprendre la politique du Comité sur la « question juive ». Elle est en outre représentative du travail du délégué, acteur humanitaire, dont l’étude des pratiques est essentielle pour comprendre l’utilisation et la fonction de la photographie par le CICR durant ce conflit.

The 36 photographs taken by International Committee of the Red Cross (ICRC) delegate Maurice Rossel during his visit to the Theresienstadt ghetto, 23 June 1944,offer a valuable testimony for understanding the attitude of the ICRC in relation to the genocide of the Jewish European population during the Second World War. These iconographic documents are emblematic of the failure of the ICRC and raise issues and questions concerning the delegates’ visits to the ghettos and concentration camps. In contrast to the iconic photographs of the liberation of the camps, these images reveal the determination of the SS services to manipulate information diffused by the ICRC concerning internment in the concentration camps. As an intermediary between the Jewish charities, the Allied governments and the German authorities, the ICRC was restricted in its action to an extremely circumspect policy focused on gradual, slow progress. In this context, the visit of Dr Rossel constitutes a window on the policy of the ICRC concerning the “Jewish question”. In addition, the visit is representative of the work of the delegate as an humanitarian actor. The study of his methods is essential for understanding the use and function of photography by the ICRC during the Second World War.

Axelle Brodiez, Entre social et humanitaire : générations militantes à Emmaüs (1949-2009)

Pour mieux comprendre les évolutions de l’engagement et des engagés dans les organisations sociales et humanitaires, l’article examine le cas d’Emmaüs en France et cherche à reconstituer les générations militantes qui se sont succédées depuis les débuts. Il met en évidence trois grandes périodes et six générations : le temps des pionniers (1953-1956), militants de la première heure puis de « l’hiver 54 » ; l’engagement alternatif des Trente Glorieuses, social dans les années 1960 puis utopique dans les années 1970 ; enfin l’investissement de crise, fait de chrétiens de la Deuxième gauche puis de figures plus institutionnelles. Ce faisant, l’auteur montre les porosités entre humanitaire « interne » et « international », le brouillage des frontières entre engagement social et humanitaire au second XXe siècle, et analyse comment l’engagement humanitaire, au-delà d’une façade parfois neutre ou neutralisée, constitue tant un report qu’une transformation des traditionnels engagements politiques et religieux aujourd’hui en crise.

To better understand the evolution of activism and activists in social and humanitarian organizations, this article examines the case study of Emmaüs in France. It seeks to retrace the three main periods and six main generations of activists since the organization’s creation: first, the era of pioneers (1953-1956), the first militants in the famous “winter of 1954” ; second, the alternative activism of the Trente Glorieuses, more social in the 1960’s, then more utopian in the 1970’s ; and finally the militancy of social and economic crisis, involving first Christians of the French “second left”, then more institutionally-oriented activists. The author also demonstrate the porosity between “domestic” and “international” humanitarism, between “social” and “humanitarian” involvement, and the transformation of “old” political and religious militancy which pass through a crisis.

Johanna Siméant, Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises

L’article vise à montrer les effets de la socialisation catholique chez les volontaires et salariés humanitaires, en dépassant la seule question de la foi pour envisager celle de la formation de dispositions, de compétences et d’appétences. En analysant la prégnance de la socialisation catholique, puis les héritages pratiques du catholicisme et les dispositions acquises qui trouvent à s’actualiser dans l’humanitaire, enfin en pensant ensemble les voies individuelles de salut et la question de la réalisation de soi et des restaurations identitaires, qui fait de l’humanitaire un « don de soi à éclipses », l’auteur montre comment ces organisations non gouvernementales constituent aujourd’hui des entreprises des biens de salut, ou sont en tous cas largement investies comme telles.

The article aims to show the effects of catholic socialization on humanitarian volunteers and employees. While such socialization appears to be a matter of faith, it also consists in the formation of certain aptitudes, abilities and appetencies. The author analyses the significance of catholic socialization, examining the practical traditions of catholicism and the acquired aptitudes which manifest themselves in humanitarism. She also considers individual ways of salvation, the question of self-realization, and the restoration of identity, all of which make humanitarianism an “intermittent self-giving”. Finally she shows how contemporary NGOs represent (or in any case are seen as) “businesses for goods of salvation”.

Mise en ligne le 16 mai 2009.
© 2001-2007 Le Mouvement Social.