André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, 2010

André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins. Paris, Gallimard, 2010, 680 pages. « Folio-histoire ».

Revenir sur l’histoire des mutins après Guy Pédroncini, Len Smith et Denis Rolland ne manque pas d’ambition1. André Loez en a les moyens et il nous livre un ouvrage de première importance. Passons sur la clarté du plan et la fluidité de l’écriture. Passons sur l’ampleur de la documentation qu’attestent 94 pages de notes : outre les archives du commandement, des conseils de guerre, de la justice militaire, du contrôle postal, l’auteur a labouré celles des acteurs et les témoignages publiés2. L’important est sa problématique, qui renouvelle l’historiographie de la Grande Guerre.

Alors que les motivations des soldats étaient au centre du débat, André Loez tourne le dos à cette approche psychologique. Il est assez vain « de chercher dans les consciences des ‘raisons’ de tenir et de combattre, dans la mesure où aucun autre choix n’est disponible » (37). Il y a la guerre, un événement qui s’impose à tous, une évidence collective à laquelle les individus s’adaptent. Ils n’ont pas le choix. Ce « fait national » est « de part en part un fait social, irréductible à la psychologie et à la culture ou au patriotisme des seuls individus » (43). On semble ici congédier l’histoire culturelle, au profit d’une histoire sociale renouvelée.

Du coup, la question se déplace. Avant de chercher des raisons aux mutins, il faut comprendre pourquoi le choix d’une révolte est devenu possible au printemps de 1917. L’échec du Chemin des Dames n’est pas une explication suffisante : 22 unités seulement sur les 85 touchées par les mutineries avaient été engagées le 17 avril, tandis que 19 étaient au repos complet et 8 dans un secteur calme. La 5e DI, où la mutinerie fut spectaculaire, était en réserve. La dénonciation des attaques inutiles et la lassitude de la guerre apparaissent beaucoup plus tôt. La désobéissance des soldats ne relève donc pas d’une démotivation passagère et vite surmontée, mais elle révèle que « d’autres choix et d’autres conduites sont devenues possibles et pensables, en raison d’une inflexion des cadres sociaux et symboliques de l’obéissance » (56).

De nombreux événements construisent en effet une représentation de l’avenir où il devient envisageable que la guerre puisse prendre fin : avec la révolution russe, l’entrée en guerre des États-Unis, le recul allemand sur la ligne Hindenburg, l’espoir suscité par les préparatifs du Chemin des Dames, l’impression de flottement au sommet de la hiérarchie lors de la nomination de Pétain, la perspective d’une paix n’est plus absurde. Elle prend plus de consistance avec les grèves de mai et surtout le congrès socialiste de Stockholm auquel le parti français décide le 28 mai de se rendre, avant que le gouvernement ne refuse des passeports à ses délégués le 4 juin. L’exemple vite connu des premiers refus d’obéissance donne des idées. Nous sommes alors à l’apogée des mutineries.

A. Loez étudie attentivement celles sur lesquelles nous sommes le mieux renseignés. C’est tout un continuum de désobéissance, qui va de l’altercation avec un officier au projet de marche sur Paris. Le mouvement lui semble sous-estimé, car il a découvert, grâce notamment aux JMO, 27 mutineries jusque là ignorées, et deux de plus encore entre la rédaction de son livre et celle de son annexe. D’autre part, les sources françaises ne mentionnent pas 8 mutineries signalées par le commandement allemand qui, contrairement à ce qu’on croit souvent, les a connues. Il analyse la chronologie et la géographie du mouvement, comme la sociologie des mutins. Les employés de commerce ou de banque, les instituteurs, les représentants de commerce sont sur-représentés, tandis que les professions socialement dominées sont sous-représentées. Les mutins sont plus jeunes, moins souvent mariés et plus souvent parisiens que les non-mutins. Il étudie la façon dont les mutins s’organisent, ce qu’il appelle l’improvisation de la désobéissance. La conscience d’une transgression absolue et périlleuse de l’ordre militaire les incite à rendre leur action présentable. La violence envers les officiers est limitée à une douzaine de cas sur 80 pris en compte.

Reste évidemment la question du sens des mutineries. A. Loez refuse ici « la posture du chercheur omniscient qui sait lire et narrer le grand texte de l’histoire » (364). Qu’est-ce qui permet à l’historien de décider que telles paroles plutôt que telles autres livrent le sens véritable de l’événement ? De quel droit arbitrerait-il entre ces deux mutins d’un même régiment dont l’un explique : « On ne nous donne pas les permissions qui nous sont dues ni le repos qu’on nous a promis » tandis que l’autre affirme : « Il faut faire la paix à tout prix ; se battre comme ça, c’est idiot » (366). Les versions unifiées des mutineries, qui les présentent comme une grève pour des revendications matérielles, ou au contraire comme un mouvement pacifiste, reposent sur une généralisation abusive à partir de citations choisies pour les conclusions qu’elles autorisent. L’indispensable critique des témoignages doit tenir toujours compte des contextes d’énonciation, et ne pas détacher les discours des pratiques. Il y a là, sans qu’A. Loez la systématise, une réflexion épistémologique sur les limites des citations dans l’administration de la preuve en histoire. Nous ne pouvons pas savoir ce que pensaient, ce que ressentaient des centaines de mutins dont seuls quelques uns ont parlé et dont, de surcroît, la parole a été construite en fonction de la situation et des interlocuteurs : camarades présents, officiers ou juges du Conseil de guerre. L’attribution d’une pensée ou d’un discours, d’un sens unifié, aux soldats constitués en entité collective est arbitraire. Au demeurant, de quel droit postuler que tous les participants d’une action collective partagent les mêmes motivations ?

Refusant donc de privilégier le sens porté par certaines paroles plutôt que par d’autres, A. Loez les prend toutes en compte, avec une attention fine aux termes utilisés. La palette en est étendue, de ceux qui minimisent les mutineries : chahut, tapage, chambard, grabuge, rouspétance, à ceux qui en soulignent la gravité : révolte, grève, ou révolution, en un sens spécifique : « nous sommes en révolution ». En s’attachant simultanément à la diversité des pratiques, il définit ainsi quatre types de mutins : les tapageurs, pour qui la mutinerie est une sorte d’exutoire passager ; les grévistes, de bons soldats injustement traités ; les citoyens qui réclament leurs droits ; les militants, qui se mobilisent pour la fin de la guerre. Il ne faut donc pas se laisser enfermer dans l’alternative patriotes ou pacifistes : la réalité est beaucoup plus complexe et mouvante. Mais une constante demeure : la nécessité, pour les mutins, de construire la légitimité de leur action, ce qui les conduit à se situer à l’intérieur de l’espace politique de la République et à développer un égalitarisme intense.

La remise en ordre suit. A. Loez révise le rôle de Pétain. Celui-ci n’a pas été nommé pour mettre fin aux mutineries : sa nomination intervient le 15 mai, alors que le gouvernement ne connaît pas encore la crise qui débute à peine et dont il est saisi à la fin du mois. Pas davantage Pétain ne donne l’ordre de cesser les offensives : le 19 mai, il prescrit des attaques à objectifs limités, déchaînées brusquement, certes économes en infanterie, mais visant à poursuivre l’usure adverse. C’est bien plutôt la crise d’obéissance et la nécessité de rétablir d’abord l’ordre militaire qui l’obligent à renoncer aux attaques. D’autre part, il n’hésite pas à faire fusiller des mutins ; il obtient même (directive du 12 juin) la suspension des transmissions à l’autorité civile pour recours en grâce. Certes, quelques jours plus tard, il atténue cette sévérité en demandant de ne pas oublier qu’il s’agit de « nos soldats » qui se battent depuis trois ans, mais il reprend en mains les unités en mariant améliorations concrètes, exhortations, et rappel de la légitimité de la règle militaire. Les permissions satisfont les droits légitimes des poilus tout en dispersant provisoirement les éventuels mutins, ce qui facilite doublement le retour à l’ordre. Simultanément, le contexte se modifie, la perspective d’une fin possible de la guerre a court terme se dissipe, et les soldats rentrent dans le rang parce qu’ils n’ont pas d’autre choix.

Le titre de l’ouvrage : « les refus de la guerre » résume bien la thèse d’A. Loez. Il montre comment, dans une situation qui s’impose à la collectivité toute entière, l’institution politique, sociale et militaire fait faire la guerre à des hommes qui la refusent. De nombreux témoignages attestent la précocité et la réalité de ce refus, mais la généralisation d’A. Loez me semble excessive : le refus n’épuise pas la réalité qui est plus complexe, et parfois contradictoire. A. Loez n’aborde pas le comportement des troupes de première ligne, bien qu’il y signale une mutinerie. Faut-il en conclure que ces troupes ne refusaient pas la guerre ? Rien ne le permet, et pourtant elles continuent à la faire. C’est donc que le refus coexiste avec d’autres sentiments, car le refus de la guerre est bien, lui aussi, un sentiment qui inspire des actes et des paroles, ou si l’on préfère, une attitude. Un an plus tard, les ouvriers étudiés par J.-L. Robert cessent leurs grèves quand Ludendorff perce le front : ils ne veulent pas être ceux par qui le malheur arrive.3 N’y a-t-il pas, chez les soldats, la même conscience d’une responsabilité devant la collectivité, les proches, les amis ? Imposée certes par le contexte : c’est la guerre, on n’y peut rien, mais elle n’en crée pas moins des obligations. Y a-t-il le même refus, en août et septembre 1914 ? A. Loez ne le soutient pas, même s’il juge vain d’explorer les sentiments quand la situation commande. Mais la situation ne façonne-t-elle pas aussi des émotions, des sentiments ? Et que serait une histoire sans émotions et sans sentiments ? A. Loez le sait parfaitement, et il leur fait en réalité leur place, après avoir mis en garde contre le risque d’y voir des causes alors que ce sont pour lui plutôt des effets. En quoi son livre est bien une histoire totale de la guerre : sociale, politique, militaire, mais aussi culturelle.

Antoine Prost
1 Guy Pedroncini, 1917, Les mutineries de l'armée française, Paris, Julliard, 1968 ; Léonard V. Smith, Between Mutiny and Obedience. The Case ot the French Fith Infantry Division during World War I, Princeton, Princeton University Press, 1994 ; Denis Rolland, La grève des tranchées. Les mutineries de 1917, Paris, Imago, 2005.
2 Les sources et la bibliographie figurent, avec la liste des mutineries retenues, dans une annexe de 86 pages consultable sur internet.
3 Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la Patrie et la Révolution. Paris 1914-1919, Les annales littéraires de l’Université de Besançon, n° 592, Série historique n° 11, 1995.
Pour citer
Antoine Prost, « Compte rendu de André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, 2010 », Le Mouvement Social, et en ligne : http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=1642.
Mise en ligne le 29 avril 2010.
© 2001-2007 Le Mouvement Social.